<

Partagez | .
 

 A boire sans modération [PV Gwenn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
⊰ Humeur : Perdue
⊰ Emploi : Médecin
⊰ Localisation : Loin du monde, réfugiée dans mes souvenirs
⊰ Echoué depuis le : 02/06/2013

MessageSujet: A boire sans modération [PV Gwenn]   Mar 9 Juil - 16:18


A boire sans modérations


L'hôpital était un lieu qui, jamais, ne se reposait ni encore moins ne dormait. Un lieu où les âmes égarées bien souvent blessées accourraient à toute heure du jour ou de la nuit afin de venir trouver une oreille attentive, une main secourable. C'était aussi, et cela méritait d'être souligné, l'un des rares lieux que les créatures de tous poils considéraient comme un sanctuaire humain et qu'elles n'attaquaient jamais. Accord aussi tacite que précaire qui ne manquerait pas,un jour ou l'autre, par voler en éclats, Cassandre le savait. Ce havre de paix ne tenait encore que par la perversité des monstres, dont elle faisait partie même si elle peinait encore à pleinement le réaliser, qui aimaient a voir leurs victimes venir se faire soigner avant que la chasse ne reprenne. Plus sournoise, plus létale et plus sanglante que jamais ! Les créatures ne possédaient ni pitié ni compassion et elles n'épargnaient personne. Un jour, elle le savait et le craignait tout autant, elle serait comme eux ! Elle l'était déjà un peu... La soif qui la tenaillait, ne la lâchait pas et, régulièrement, Cassandre devenait voleuse, allant piocher dans la réserve de l'hôpital, des poches de sang dont elle se repaissait en cachette ! Ici nul ne connaissait son infortune ! Si jamais cela venait à se savoir alors la jeune femme perdrait tout. Son métier, sa carrière... Ses amis, et encore plus son frère. Lucan... Comment pouvait-on être à la fois médecin respecté et dévoué, sœur et bras droit du leader des Veilleurs et Vampire sanguinaire ? Cassandre l'ignorait tentant, bien maladroitement jusqu'à présent, de construire jour après jour, une réponse qui la satisfasse. Mais en vain... Le grand écart qu'elle faisait entre ces deux univers, ces deux mondes auxquels elle appartenait la mettait de plus en plus souvent en danger. La directrice de l'hôpital, l'inflexible Shiloh Mancini, ne tarderait pas à découvrir ses larcins au sein de sa banque de sang... Sans compter que la conduite de la jeune Jensen devenait des plus étranges... Le vampire grondait en son sein et Cassandre le sentait peu à peu prendre le dessus sur l'humaine en elle. Ses réactions devenaient de plus en plus violentes, incontrôlables. Ses humeurs fluctuaient au gré de son appétit bien capricieux. Et ces patients auxquels elle avait voué son existence commençaient peu à peu à ressembler à des steaks sur pattes qu'elle rêvait de dévorer crus !

Cassandre, justement, quittait en courant une salle d'examens où elle ne pouvait plus rester une seconde de plus sous peine de faire une énorme bêtise. Le patient, un tout jeune homme, un adolescent, s'était blessé et pissait littéralement le sang. Tout ce sang qui s'écoulait de ses plaies béantes ! L'odeur, le parfum inimitable de ce fluide vital... Vital pour son patient... Et pour elle qui n'avait pas bu depuis près de vingt-quatre très longues heures ! C'était long, tellement long ! La jeune femme avait, si naïvement il est vrai, pensé que sa volonté de fer suffirait à museler ses penchants sanguinaires mais il n'en était rien. Pire même, plus elle tentait de se soustraire à ses pulsions plus celles ci s'exacerbaient lui faisant endurer les affres d'un manque qui la rongeait de l'intérieur, grignotant le peu d'âme et d'humanité qui lui restait encore. Cassandre avait donc fui, laissant derrière elle des collègues et amis médusés. Mais ce patient ! Si elle ne s'était pas retenue la jeune femme l'aurait vidé de son sang, se serait repue de ses chairs et de son sang... Et, non, elle ne pouvait pas faire cela ! En larmes, le visage plus livide qu'une mort qui lui avait été refusée, Cassandre courut se cacher dans les profondeurs de l'hôpital. Là où les gens ne venaient jamais... Là où se trouvaient la morgue et... la banque de sang bien sûr ! Elle se précipita, fébrile, sur ces poches de sang qu'elle déchiqueta et dont elle bu, goulûment, le contenu. Aussi ironique que cela puisse lui paraître, la jeune vampire en venait même à développer d'étranges préférences. Le sang A+ ayant, à son palais, un bien meilleur goût que les autres ! Stupide ! Cassandre descendit près de trois poches de sang avant de se laisser glisser au sol, complètement paumée. La soif l'avait vaincue, terrassée... Et elle avait cédé... Se faisant peur à elle-même elle sortit son portable et composa le numéro de la seule personne qui eut encore sa confiance. Gwenn... Tout comme elle cette femme était une vampire mais, à l'inverse de bien des autres, Cassandre aimait sincèrement cette jeune bibliothécaire. Toutes deux étaient même devenus amies, Gwenn s'efforçant d'aider sa cadette dans cette nouvelle vie qui était désormais la sienne. Alors qu'elle entendait la messagerie se déclencher, le médecin entendit des bruits dans le couloir. Pensant qu'il s'agissait là de collègues, elle se cacha dans un recoin de la salle, retenant son souffle. Mais, lorsque la porte s'ouvrit, ses yeux s'écarquillèrent et elle dut se mordre la langue pour ne pas hurler ! Lorsque la voix pré enregistrée l'invita à laisser son message Cassandre murmura doucement d'une voix tremblante

Gwenn... C'est Cassie... Oh mon Dieu Gwenn ! J'ai besoin que tu m'aides ! Pitié... Je suis à l'hôpital... Les sous sols... Je... Je devais me nourrir... Je le devais ! J'avais tellement soif ! Mais... Gwenn, ils sont là... Des lycans ! Ils sont avec une gosse et... Ils vont la tuer si je ne fais rien mais je ne peux pas ! Je... Le sang... Il me monte à la tête et je suis pétrifiée... Aides moi Gwenn ! Aides moi !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: A boire sans modération [PV Gwenn]   Mer 10 Juil - 18:50

A boire sans modération
Cassandra & Gwenn
Comme il était agréable de profiter du silence de la bibliothèque. Même quand il y avait des clients, l’endroit restait silencieux quand même. De toute façon, il n’y avait jamais vraiment foule à l’intérieur, on ne pouvait pas dire que les personnes vivant dans cet ile aimaient passer du temps à l’ombre. Et dans un sens, cela était parfait. Gwenn n’aimait pas trop la foule, elle préférait la solitude. D’ailleurs, elle évitait souvent les endroits où il y avait beaucoup de monde. Ce besoin de solitude s’était agrandit au fil des années et cela depuis qu’elle était devenue vampire. Cela faisait tellement longtemps que la femme avait parfois du mal à savoir depuis quand exactement elle avait changé. Elle se souvenait parfaitement de ce jour, même si cela restait quand même flou. Elle avait parfois le sentiment que cette transformation avait eu lieu que quelque jour plus tôt et pourtant cela faisait déjà un moment qu’elle avait eu lieu. La vampire avait connu tellement de chose depuis, fait tellement de rencontre.

Alors qu’elle revenait près de son bureau dans cette bibliothèque, elle remarqua le voyant lumineux de l’objet qui lui permettait de communiquer avec les autres à distance, sans fil. Le portable était l’une des inventions de ces dernières années, que Gwenn avait vu le développement. Elle avait un peu de mal à se faire à l’idée de ces objets, mais elle en avait un quand même parce que justement cela pouvait être utile. Sauf qu’elle le mettait toujours en silencieux, elle détestait entendre la sonnerie. Ce n’était donc pas simple de l’avoir tout de suite au téléphone, il fallait souvent attendre qu’elle entende le message vocale. La vampire attrapa son portable, afin de savoir qui avait bien pu la contacter. Les gens qui l’appelaient étaient quand même rare, puisque la plupart savait qu’elle n’était pas tellement ça. Ce n’était donc pas pour rien que Cassandra venait de l’appeler. La femme composa le numéro de sa messagerie et porta l’objet à son oreille. Un simple geste afin de parraittre plus humain, alors que cela ne servait à rien du tout.

Le message qu’elle entendit, fait par la voix de Cassie, étonna grandement la vampire. Elle savait que son amie travailler à l’hôpital et que la tentation était grande, surtout que cela ne faisait pas longtemps qu’elle était une créature de la nuit. Au début, il était tellement difficile de se contrôler, heureusement que ça s’arrangeait un peu avec l’âge. Même si par moment, n’importe quel vampire pouvait sortir de son calme. Mais ce n’était pas cela qui faisait peur à la bibliothécaire, c’était les lycans. Elle n’aimait pas ces sales bêtes, il avait une horrible odeur en plus. Gwenn n’était donc pas du tout à l’aise avec l’idée que son amie se retrouve ainsi en leur compagnie, surtout en état de faiblesse. Elle ne mit donc pas longtemps à sortir de sa boutique, la fermant à clé et prendre la direction de l’hôpital. Par chance, la vampire avait une vitesse incroyable même pour sa condition de buveuse de sang. Elle pouvait donc se mouvoir sans qu’un humain ne parvienne à la voir. Elle n’eut donc aucun mal à entrer dans l’établissement et à prendre la direction des sous sol. Il était arrivée quelque fois que la femme prenne cette direction avant pour prendre des poches de sang, quand elle était vraiment en manque et qu’à l’époque elle n’avait pas Enoch pour la fournir.

Il ne fut pas compliqué pour la vampire de trouver le lieu où se trouvait Cassie. Elle n’avait qu’à suivre l’odeur immonde des lycans. Gwenn ouvrit une porte découvrant donc le groupe avec une jeune fille. Au vu de son odeur à elle, elle n’était pas l’une des leurs. Rapidement, les chiens mouillés se tournèrent vers la vampire un air mauvais sur le visage. Mais c’était bien peu pour l’impressionner.

« Je me disais bien qu’il y avait une mauvaise odeur ici ! Vous n’avez pas honte de venir dans cet endroit faire vos jeux débils ? »
Revenir en haut Aller en bas
⊰ Humeur : Perdue
⊰ Emploi : Médecin
⊰ Localisation : Loin du monde, réfugiée dans mes souvenirs
⊰ Echoué depuis le : 02/06/2013

MessageSujet: Re: A boire sans modération [PV Gwenn]   Mer 17 Juil - 16:11


A boire sans modérations


La vie... Chose magnifique et rendue tellement précieuse de par sa précarité, sa fragilité et son côté tellement éphémère aussi ! Là, tapie dans l'ombre de ce recoin de pièce où elle était venue trouver de quoi se sustenter afin de survivre, Cassandre délirait. Ivre d'un sentiment qu'elle ne comprenait toujours pas, les sens exacerbés pas cette nature qu'elle se refusait encore obstinément à admettre, la jeune médecin frissonnait. Non, elle ne tremblait pas de peur comme il eut pourtant été aisé de le penser. Les agressions, les violences et les coups... autant de choses, de sombres réalités que son métier l'avait amenée à accuser sans même sourciller. Un médecin, surtout urgentiste, ne pouvait se permettre de se laisser atteindre par toutes ces horreurs que les pompiers leur amenait sans cesse. Pour soigner de façon efficace il lui fallait garder son calme et une tête bien froide. Ne jamais se laisser perturber ni même troubler par ces gémissement, ces pleurs, qu'elle avait appris à ignorer, à calmer et apaiser d'un sourire rassurant ou d'un geste chaleureux. Et ce sang qu'elle avait si souvent vu couler... Certains en aurait tourné de l'oeil bien vite mais, elle, s'en était toujours désintéressé, figée dans une placidité alors salvatrice. Le sang n'était qu'un liquide composé de globules blancs et rouges, de plaquettes qui était essentiel à la vie de l'humain. Des faits, des données scientifiques qui n'avaient rien de chaleureux mais qui présentaient l'avantage de ne pas la laisser sombrer dans un sentimentalisme qui aurait fait d'elle une femme compatissante, certes, mais un exécrable médecin ! Le sang était vital... Sans blagues ! Voilà qui était une Lapalissade qui l'avait maintes fois faite sourire... Oui, le sang était vital et, dans son esprit de petite fille cela était bien plus simpliste : on saignait ? Pas de souci une petite transfusion et tout irait mieux après ! Quelle candeur ! Aujourd'hui, ironie suprême, le sang lui paraissait plus vital que jamais, en effet. Mais, aujourd'hui, c'était le sang des autres humains qu'il lui fallait ! Leur enlever leur essence vitale pour ne pas voir la sienne s'éteindre... Quel dilemme ! Quelle horreur ! Surtout pour une femme qui, comme elle, avait juré de toujours préserver la vie... Quoique, si elle s'était donné la peine d'accepter l'inacceptable, alors Cassandre eut pu convenir que l'existence, d'une créature ou d'un humain, cela demeurait toujours une vie ! Et que le règne animal était ainsi fait : les plus faibles périssaient sous les crocs des plus forts. Il fallait bien se nourrir, non ?

Se nourrir... Oui, Cassandre devait se nourrir elle aussi. Ceux qui pensaient que les vampires n'avaient pas besoin de manger se trompaient lourdement ! Non, la jeune femme n'éprouvait pas le moindre besoin d'ingurgiter tous ces aliments qui, jadis, la faisaient pourtant saliver. Les fraises, les papayes ou les tomates bien juteuses ne possédaient guère plus qu'un goût âpre de cendres et si elle continuait à en manger ce n'était que pour maintenir les illusions de son humanité perdue intactes. La seule chose qui lui soit devenue essentielle était celle-là même dont son corps était pour ainsi dire dépourvu. Le sang des humains, si rouge et si chaud n'avait, en effet, rien de commun avec ce sirop épais et si foncé qu'il en semblait noir, qui coulait dorénavant dans ses veines. Non, le sang de l'humain était fluide, glissait sur son palais avant de venir réchauffer sa gorge et le reste de son corps pourtant comme prisonnier des nives éternelles de la damnation. Le sang qu'elle voyait à présent couler des plaies de cette humaine que les Lycans malmenaient sous ses yeux sans qu'elle soit même capable d'intervenir. Cassandre était pétrifiée, incapable de bouger. Les gémissements très vite remplacés par des cris de douleur et d'horreur de la proie résonnaient à ses oreilles encore plus qu'ils ne l'auraient fait du temps où elle était humaine. En tant que vampire tous ses sens, comme ses facultés physiques, semblaient amplifiés. Pratique en bien des occasions mais infernal quand, lorsque comme maintenant, cela la plongeait dans un désarroi et une impassibilité qui, si elle perdurait, mènerait à la mort de l'humaine. Le médecin enrageait, pestait intérieurement mais toujours aussi incapable d'agir. Ce ne fut que l'arrivée à la rescousse de son mentor, Gwenn, qu'elle put enfin sortir de sa lethargie. Alors que la vampire, bien plus expérimentée, provoquait ouvertement les lycans, détournant ainsi leur attention de leur proie, la jeune femme bougea. En un instant elle était près de la victime et, déjà, usait de son pouvoir de guérison pour faire disparaître ses profondes plaies. Elle devait la sauver ! Elle devait épargner cette vie si injustement mise en péril par l'une de ces hideuses... hideuses quoi au juste ? Créature... Tel était le mot qu'elle avait sur le bout de sa langue et qui s'appliquait aussi à elle. Chose qu'elle ne réalisa pas le moins du monde avant d'entendre les hurlements de la jeune fille qu'elle tentait de soigner. Cassandre mit quelques instants à comprendre, à réaliser les causes de cette terreur qu'elle voyait naître dans les prunelles de celle qu'elle considérait comme une patiente mais qui, elle, se considérait comme une proie. Pourquoi ? Pourquoi fuyait-elle maintenant ?

Attendez ! Je ne vous veux aucun mal ! Je suis...


Mais les mots moururent dans sa gorge diaphane au moment même où elle aperçut son reflet dans le miroir. Elle se pensait encore humaine mais elle était, elle aussi, un monstre ! Son teint livide, plus pâle encore que la mort. Ses yeux, comme gorgés de sang, qui étincelaient d'une lueur bien sombre. Et ce sang... Ce sang qui maculait sa bouche, ses lèvres tremblantes... Oui, Cassandre faisait peur à voir. Alors la peur et la tristesse commencèrent à s'évaporer et furent bientôt remplacées par une fureur qu'elle laissait s'exprimer pour la première fois. Elle en voulait à la Terre entière ! Elle en voulait aux humains pour s'arrêter ainsi aux apparences et ne pas être capables de voir au-delà des apparences si souvent trompeuses ! Comment cette fille pouvait-elle se montrer aussi ingrate envers elle ? Cassandre fulminait ! Elle l'avait sauvée et cette cruche la fuyait ? Si elle l'avait su alors la médecin pensait qu'elle l'aurait volontiers laissée et abandonnée à son triste sort ! Comme s'il avait pu lire dans ses pensées, l'un des Lycans, déjà bien agacé par la fracassante déclaration de Gwenn, se précipita vers l'humaine et l'occit sans une once de compassion, lui. Cassandre, toujours aussi perdue, admirait la grâce et la facilité avec laquelle son amie se défendait, attaquait même. Honteuse de demeurer aussi inactive, la toute jeune vampire se leva et, enfin, se décida à venir prendre part à la mêlée. Tentant d'esquiver autant que faire se pouvait ses adversaires elle se rapprocha de la jolie bibliothécaire. Mais, au moment où elle allait l'atteindre pour lui prêter main forte, un Lycan lui barra la route. Gwenn avait raison : non seulement leur haleine était des plus fétides mais en plus ils puaient ! N'y tenant plus, Cassandre se libéra et se jeta sur la créature.

Saloperie de bestiole ! Vous salissez et ruinez tout ce que vous touchez ! Vous êtes des monstres qui ne méritez aucune pitié ! Crèves !!!


Cassandre ne se maîtrisait plus, frappant et hurlant toute son ire. Lorsque celle-ci sembla s'apaiser, Cassandre était au sol, les mains ensanglantées. Devant elle, les chairs en lambeaux et les viscères à l'air, reposait sa victime. La première qu'elle fut heureuse d'avoir mise à mort. La jeune blonde semblait terrifiée, horrifiée par ce qu'elle venait de faire. Jetant un regard a Gwenn elle la supplia tacitement de lui venir en aide. Là, Cassandre venait de tuer. Et ce qui l'effrayait au point de la rendre tremblante n'était pas ce meurtre sanglant qu'elle venait de commettre mais cette envie qu'elle peinait à endiguer et qui la tenaillait. Laquelle ? Dévorer tout ce sang qui s'écoulait encore des plaies béantes du lycan. Si elle cédait à ses pulsions alors elle serait damnée. Mais... Ne l'était-elle pas déjà à vrai dire ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: A boire sans modération [PV Gwenn]   Mer 17 Juil - 21:34

A boire sans modération
Cassandra & Gwenn
Il n’y avait surement pas pire qu’un Lycan, ces chiens puant étaient plus animal qu’humain. Les Vampires aussi avaient leurs parts d’animal et bien souvent il arrivait à Gwenn de la laisser sortir. Surtout quand elle n’arrivait plus à garder le contrôle sur sa soif. Mais les Lycans ne semblaient pas du tout capable de se contrôler. Mais bon, la bibliothécaire n’était pas vraiment objective, sans savoir pourquoi elle ne supportait pas ces créatures. Elle n’avait pourtant aucune raison de les détester, elle n’avait pas plus d’ennui avec eux qu’avec une Sirène ou encore les Sorciers. Non, il n’y avait en fait que cette odeur qu’elle ne pouvait supporter ainsi que leurs attitudes. Comme si quelque chose bien au fond de son cœur lui disait qu’elle n’avait pas le droit de s’entendre avec eux. Qu’elle était obligée de les détester et d’être ennemie. Pourtant, il y avait quelques exceptions, elle ne détestait pas tous les Lycans. Comme elle n’aimait pas tous les Vampires non plus à vrai dire. Et pourtant, son instinct lui disait qu’un Vampire était quelqu’un de bien. En tout cas, les Lycans se trouvant dans ce sous-sol de l’hôpital, elle ne les aimait pas du tout. Qu’ils s’en prennent à une humaine c’était une chose, elle ne pouvait pas tellement leur reprocher cela. Combien de fois elle avait tué un humain afin de se nourrir. Elle préférait tellement boire du sang directement de la source plutôt que d’aller se servir dans les pochettes plastiques. Même si la deuxième solution était quand même plus « discrète ». Elle ne pouvait donc reprocher à ces animaux que le fait qu’ils soient incapables d’attaquer en solitaire. Ces loups, ils passaient leur temps en meute à chasser comme des lâches. Cette humaine n’avait donc aucune chance et c’était loin d’être drôle. Honnêtement, les humains que Gwenn avait en cible avaient également peu de chance de s’en sortir. Mais au moins elle avait le courage de les attaquer seuls, d’en faire la proie d’un seul être. Et non d’une nué de chien puant jusqu’à l’os.

Si elle se trouvait ici présente à les défier, c’était simplement pour venir en aide à Cassie. Cette fille était comme sa protégée, si elle avait besoin d’un coup de main elle pourrait toujours compter sur la bibliothécaire. L’humaine, elle n’en avait que faire. Ils pouvaient bien la manger s’ils le voulaient, cela n’était pas ses affaires. Mais il était hors de question qu’ils s’en prennent à son amie. Et puis dans un sens, un peu d’exercice allait lui faire du bien. Elle n’hésita pas une seule seconde à provoquer ce groupe de loup, alors qu’elle était quand même en infériorité numérique. Cassie était là en coup de main, mais la jeune femme était encore jeune dans sa transformation. Elle ne maitrisait surement pas ses pouvoirs aussi bien que Gwenn, ainsi que ses nouvelles capacités. La bibliothécaire commençait à avoir de la bouteille et elle n’avait pas du tout peur de ces jeunes loups en ruts. Alors que les Lycans avaient tous tourné leurs yeux vers la Vampire, cette dernière vit son amie s’approcher de la victime afin de l’aider. Ce n’était pas étonnant que Cassandre ait le désir de sauver une vie humaine. Cela ne faisait pas longtemps qu’elle avait quitté ce groupe et surtout, elle était un médecin. Ces derniers avaient tous le désir de sauver les âmes perdues. Gwenn n’allait pas demander à son amie de laisser la fille pour morte, alors elle l’a laissa faire. Même si elle se doutait qu’une fois qu’elle allait retrouver ses esprits, elle ne soit pas très reconnaissante.

« Comment oses-tu nous déranger Vampire. Qu’est-ce que tu peux bien en avoir à faire d’une humaine, toi qui bois leurs sang. »

Un fin sourire apparu sur le visage de Gwenn, ce loup n’avait pas tords en effet. Mais il ne savait donc pas que les Vampires n’étaient pas que des buveurs de sang humain ?

« Franchement, je n’en ai rien à faire de cette humaine. Mais si l’aider peut me permettre de vous emmerder un peu, toi et des chiens mouillés, alors je le ferais avec plaisir ! »

Le Lycan ne sembla pas apprécier sa remarque puisqu’il fonça sur elle. Bien trop lent pour la vitesse qu’elle avait décuplée au fil des années. Elle n’eut donc aucun mal à esquiver l’attaque de son assaillant et cela tout en gardant un œil sur Cassie. Il semblait que l’humaine avait repris ses esprits et comme l’avait senti Gwenn, elle n’était pas du tout reconnaissante. Ces humains étaient tellement pathétiques. Ils n’étaient jamais capables de voir la vraie nature des gens. Mais ensuite les loups se mirent à plusieurs sur la buveuse de sang, qui ne put continuer de surveiller sa protégé si elle ne voulait pas finir en pâté pour chien. Elle esquiva un premier coup avant de planter son poing dans le ventre de l’un de ses agresseurs. Ce dernier tomba au sol sous le choc de la douleur. Soudain, Gwenn entendit les cris de Cassie, ce qui ne signifiait rien de bon. Elle tourna son regard vers elle et la vit couverte de sang, devant le cadavre de l’un des Lycans. Ces derniers ne semblaient pas apprécier la perte de l’un des leurs puisqu’ils se mirent à crier. Il ne fallut pas longtemps à la Vampire pour comprendre que son amie avait bien envie de boire ce sang. Outre le fait que les Lycans avaient mauvais goût, Gwenn n’était pas certaine qu’elle s’accepte suite à cela. Rapidement, la Vampire s’approcha de Cassie attrapant ses mains et l’éloignant du corps.

« Reste avec moi Cassie ! Ne te laisse pas distraire par ce sang. Reste concentré ! »

Il était clair que si Cassie commençait à vouloir trop se nourrir, elle serait une proie facile pour les Lycans. Soudain, la femme se leva et se retourna avec une vitesse folle attrapant le bras d’un des Lycans qui s’apprêtait à l’attaquer par derrière. Elle lui tordit sans aucun ménagement.

« Ne joue pas à ça avec moi chien ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A boire sans modération [PV Gwenn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A boire sans modération [PV Gwenn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Route des Vins dans le var ( A boire avec Modération )
» [résolu]Antivir me signale sans arrêt que j'ai un virus quand j'utilise firefox
» Installer plusieurs logiciels en une seule opération
» Question sur d-Link sans fil ?
» Reshade : agrandir un peu ses images sans les pixeliser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers in the waves :: L'Hôpital-