<

Partagez | .
 

 Le dîner est servi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Le dîner est servi    Mar 9 Juil - 23:43

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
S’il y avait bien une chose que Gwenn avait apprécié en devenant Vampire, c’était le fait qu’elle n’avait plus tellement de souci avec la chaleur ou la froideur. Elle n’avait plus à suer comme un porc quand elle avait trop chaud et à grelotter quand elle avait trop froid. C’était l’un des nombreux avantages de sa nouvelle condition, qu’elle avait du apprendre après sa transformation. Heureusement pour elle, elle avait eu un bon professeur à ses débuts. La chaleur de l’ile ne la dérangeait donc pas du tout. Elle aimait d’ailleurs voir ces humains se plaindre de cette chaleur qu’ils avaient bien du mal à supporter. Ils étaient tellement faibles, tellement idiot pour la plupart. La plupart seulement puisque certains semblaient sortir du lot. D’ailleurs, elle allait rejoindre l’un de ces humains qu’elle respectait. Enoch était bien différent de ces congénères. Ils avaient rendez-vous dans un endroit parfait pour ce qu’ils allaient faire, puisque personne n’allait venir les déranger. Les deux personnes étaient plutôt proches et s’entendaient bien, mais ils ne se voyaient pas vraiment par amitier. Même si au fond, Gwenn appréciait Enoch et pouvait même le considérer comme un ami. Cependant, elle le voyait surtout pour ce qu’il avait a offrir, de la nourriture.

La vampire avait, comme n’importe quel autre membre de son espèce, besoin de sang. Le sang humain était bien plus approprié que celui des animaux, il avait un goût bien meilleur et surtout il était bien plus nourrissant. A choisir, elle préférait mourir de faim que de se contenter que de sang animal. Et heureusement pour elle, Enoch était là. Ce dernier avait les faveurs des créatures de l’ile puisqu’il les fournissait en nourriture. Ce n’était pas idiot clairement, puisqu’ainsi ils avaient besoin de lui. Ce fut d’ailleurs comme cela que Gwenn fit sa connaissance. Et elle était ravie de l’avoir dans son carnet d’adresse, il savait toujours comment lui faire plaisir.

A l’heure du rendez-vous, la vampire arriva à destination. Elle retrouva donc Enoch et l’homme qu’il avait emmené avec lui. Ce dernier était attaché et tentait de se débattre pour s’enfuir. Malheureusement, c’était peine perdue surtout maintenant qu’elle était arrivée. Il était clair que Gwenn n’allait pas laisser un festin de la sorte s’enfuir. Quoi qu’elle pourrait le faire, pour avoir le plaisir de le poursuivre, de l’attraper avant de le manger. Mais aujourd’hui, elle ne ferait pas ce petit jeu puisqu’elle n’en avait aucune envie. Elle avait faim, tellement faim. Elle pouvait entendre les battements du coeur de cet homme qu’elle allait bientôt tuer, entendre le sang couler dans ses veines. Et surtout, sentir son odeur si particulière. Il était remplir de l’odeur de la peur, celle que les humains avaient quand ils comprenaient qu’ils allaient mourir.

“Evidemment que je suis à l’heure, cela ne pourrait être autrement.”

La vampire ne manquerait certainement jamais ce rende-vous, il était bien trop important pour elle. Elle avait même un peu de mal à se contrôler, elle voulait tellement foncer sur lui pour le vider entièrement de son sang. Elle parlait donc à Enoch sans quitter cette proie des yeux.

“Je vois que tu m’as trouvé une marchandise de marque.”

Marchandise n’était peut-être pas le terme le plus adéquate, mais tant pis. Elle s’approcha de l’homme de son pas léger. Elle approcha son visage du sien, pouvant lire parfaitement la peur dans son regard. Qu’est-ce qu’ils étaient faibles. En respirant un peu d’air, Gwenn capta énormément d’odeur plus alléchantes les unes des autres. La tentation fut tellement grande qu’elle ne parvint pas à se retenir plus longtemps. Cependant, elle n’alla pas s’attaquer directement à la gorge de l’homme, se contentant de son poignet. Elle planta ses canines dans la peau de l’homme, faisant ainsi couler son liquide vital qu’elle ne laissa pas tomber sur le sol. Elle l’avala rapidement, le laissant couler le long de sa gorge. Cette sensation était tellement agréable, cette chaleur était si douce. Délicatement, elle décolla ses lèvres du poignet de l’homme, tourna son regard vers lui.

“Je confirme c’est un très bon cru !”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mer 10 Juil - 22:40


Le dîner est servi
V

isiblement, l'offrande qu'Enoch avait fait à Gwenn était à la hauteur des attentes de cette dernière, et tandis qu'elle toisait sa future victime, il devinait qu'elle se délectait d'avance du festin que celui-ci allait lui fournir. Tant mieux. Gwenn n'était pas la seule à qui Enoch fournissait ainsi de la chaire encore fraîche, mais elle était clairement l'une de celles qu'il préférait. Parce qu'il lui semblait qu'elle appréciait les service qu'il lui rendait bien plus que certains autres, qui faisaient preuve de beaucoup d'ingratitude. Enoch se donnait du mal, pour ramener la viande la plus fraîche et la plus délectable possible aux créatures pour lesquelles il "travaillait" (bien que la fraîcheur de l'offrande dépendait toujours du degré de sympathie qu'Enoch avait envers la créature en question), il appréciait, en retour, qu'on lui réserve un peu de reconnaissance. Et Gwenn, au moins, avait le mérite de reconnaître les efforts qu'il était susceptible de faire pour ses beaux yeux (bon, d'accord, tout geste altruiste de sa part partait d'un postulat profondément égoïste, mais passons).

La reconnaissance de Gwenn n'était pas la seule raison pour laquelle Enoch l'appréciait tant. Il aimait également cette voracité qui se dégageait d'elle quand elle était prête à satisfaire son appétit. Il trouvait ça... infiniment séduisant, en vérité. Il aimait cette façon tout à fait particulière qu'elle avait également de faire durer le plaisir. Elle aurait pu en finir avec cet homme en un seul coup de crocs, mais à la place, elle avait décidé de faire durer son plaisir, et par la même la souffrance de sa victime, enfonçant ses canines acérées dans le poignet de l'homme, qui, bien que baillonné, parvint à pousser un cri de douleur qui se laissa entendre à leurs oreilles.

-N'essayes même pas, tu es pathétique.  dit-il à l'adresse de l'homme qui se vidait à l'heure actuelle d'une bonne partie de son sang, tout en lui écrasant le visage du plat de sa semelle. Puis son regard se posa sur celle qui était à ses yeux bien plus intéressant que cette pauvre créature humaine. Un bon cru, vraiment ?  Il se pencha sur la victime agonisante, enfonça son index au plus profond de la plaie béante de l'homme qui se tordit aussitôt de douleur. Il lécha ensuite ce qui s'était déposé de sang sur ses mains. Le goût qui en résultait était... décevant. Pour lui du moins. Je vais devoir te croire sur parole. ajouta-t-il donc dans un haussement d'épaules.

Ce festin ne pouvait de toute évidence pas être le sien. Il fallait posséder cet instinct, cet animalité qu'avait Gwenn en elle pour ainsi apprécier le goût du sang. Et même si l'idée l'avait déjà effleuré, il n'était pas prêt à se laisser transformer, et donc à savoir ce que l'on pouvait ressentir en un tel moment. Il se contentait de savourer un spectacle morbide et sanglant qui ne lui plaisait que trop.

-Tu es encore plus séduisante quand tu es affamée. observa-t-il sur le ton du constat, tandis qu'il observait Gwenn se repaître de ce liquide rouge si essentiel à son alimentation et, de toute évidence, à son bien-être.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Jeu 11 Juil - 23:20

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Gwenn ne regrettait jamais les visites qu’elle rendait à Enoch, il avait le don de lui emmener des personnes qui avait bon goût. Pourtant, il lui était impossible lui de savoir si un humain avait le sang comme elle l’aimait, mais la plupart du temps il tombait juste. D’ailleurs, sur ce coup là il avait fait fort. Le sang qui coulait dans la gorge de la Vampire était tellement bon, il avait ce goût si particulier qu’elle aimait. Le plus amusant était le mélange entre le sang qu’elle buvait et la peur ainsi que la douleur qu’elle ressentait venant de son festin. Elle aimait entendre des cris sortirent de sa bouche bâillonné même si Enoch l’empêcha de trop le faire. C’était amusant mais risquait quand même, il valait mieux éviter que quelqu’un les trouve ici même. Quoi qu’il ne serait pas compliquer de les éliminer également. Gwenn eut toute les peines du monde à séparer ses lèvres du poignets de l’homme, si elle laissait son instinct la contrôler elle l’aurait vidé aussi sec. Mais la Vampire aimait s’amuser un peu, jouer avec la nourriture en somme. Et pourtant, on lui avait bien apprit dans sa jeunesse qu’elle ne devait pas jouer avec la nourriture. Après tout, la jeune fille qu’elle était à l’époque de son humanité était une personne parfaitement élevée. Elle suivait correctement les règles de la bien séance. C’était une parfaite petite jeune fille, qui faisait la fierté de son père avant que tout ne dérape. Aujourd’hui, ce n’était plus qu’un monstre assoiffé de sang qui suivait ses instincts les plus bestiale.

Gwenn afficha un sourire malsain quand elle vit Enoch planter son doigt dans le sang qui coulait de l’homme, avant de le porter à sa bouche. Il ne fut pas étonnant de voir que l’humain n’eut pas la capacité de reconnaitre le bon goût de ce sang. Ils ne savaient pas ce qui était bon, ou plutôt ils n’avaient pas les capacités pour. Il était certain qu’à l’époque où le coeur de Gwenn battait encore, elle n’aurait pas appréciait de s’imaginer à avaler des litres de sang pour survivre. Il était même certain qu’elle aurait été horrifié par cette vision et surement très malade. Mais c’était sa vie à présent, elle n’avait besoin que de sang des humains pour survivre. Et elle appréciait de vider ces êtres de leur liquide vital.

D’ailleurs, elle ne tenait plus et rapidement elle approcha son visage du cou de l’homme afin de le mordre profondément et de boire plus facilement ce sang si délicieux. Elle suça avec délectation ce liquide, entendant la remarque de son fournisseur. Au bout de quelques seconde, la peau de l’homme était suffisamment pale pour qu’on devine qu’il était mort. Il avait perdu la vie de la plus atroce des façons, voyant certainement sa vie défiler sous ses yeux. La Vampire se demandait toujours ce que pouvait voir les personnes qu’elle tuait, elle était curieuse de cela puisqu’elle savait que jamais (à moins que quelqu’un arrive à la tuer) elle ne connaitrait la mort. Doucement, elle se releva et passa doucement sa langue sur ses lèvres afin de ne pas perdre une goutte. Même si un léger filet de sang s’écoulé sur le côté.

« Tu aimes quand je suis affamés ? C’est dangereux pourtant pour les personnes de ta condition... »

La voix de la femme portait une pointe de sadisme. Il y avait une lueur rougeâtre dans son regard. Elle était rassasier, elle avait bu assez de sang pour tenir des jours. Sauf que quand elle commençait, son instinct s’ouvrait entièrement et lui donnait envie de commettre un carnage. Elle pourrait enchainer les humains et techniquement Enoch serait la prochaine victime. Sauf qu’elle ne le toucherait pas, elle ne le ferait jamais. Du moins pas de cette manière, elle n’allait pas le tuer et boire son sang. Sauf s’il lui demandait de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mar 16 Juil - 18:25


Le dîner est servi
C'

était dangereux de se trouver en présence d'un vampire dont la soif de sang venait d'être éveillée, et Enoch en avait parfaitement conscience. En daignant donner quelques victimes savoureuses aux créatures de son choix, il s'exposait lui-même à ses appétits voraces dont il pourrait ne jamais ressortir vivant. Mais c'était une perspective qu'il aimait par dessus tout. Après tout, il pourrait très bien laisser la viande fraîche à l'abandon et ne pas assister au spectacle. Mais tout l'intérêt de sa mission était justement le spectacle. Oui, c'était vivre dangereusement que d'agir ainsi qu'il le faisait, et n'allez pas croire qu'il tenait peu à la vie pour se mettre en danger ainsi. Il adorait la vie, c'était en son nom qu'il passait ces alliances incongrues avec sorciers et créatures, mais que serait cette vie si sans le moindre piment. Il prenait des risques, c'est vrai, mais cela faisait partie du jeu, et celui-ci n'en était que plus délicieux quand on corsait un peu les choses. Peu importe, Gwenn était une créature en laquelle il avait confiance. Il était à son service depuis longtemps, à présent, jamais elle ne s'en était prise à lui. Et le fait qu'elle se soit retenue, en fait, ne lui donnait que plus envie de tenter le diable.

-C'est vrai, je devrais m'inquiéter.


Mais faute de confirmer ses dires en reculant, en s'éloignant de toute menace potentielle. Il se rapprocha d'elle plus encore, jusqu'à ce que chacune de ses paroles dépose un souffle sur les lèvres.

-Mais tu n'as jamais tenté de me dévorer, pourtant.
Il esquissa un sourire. Peut-être ne me trouves-tu pas suffisamment appétissant. Il marqua une légère pause, le temps de tirer de sa ceinture cette dague qu'il gardait constamment sur lui, question élémentaire de sécurité. Je me suis toujours demandé quel goût j'avais.

Sur ces mots, il enfonça la dague dans sa main et creusa un long sillon dont le sang ne tarda pas à s'échapper en abondance. Enoch grimaça. Il ne pouvait nier que c'était douloureux. Mais au nom du jeu, il n'était pas rare qu'il consente à quelques sacrifices. Et lorsque, serrant sa dague dans sa main valide (un minimum de précaution demeurait de mise), il replanta son regard dans celui de la vampire, son sourire était à nouveau de retour sur son visage.

-Peut-être que tu pourrais répondre à cette question ?


Nous parlions de danger, il s'y exposait sans mal, avec plus d'insolence que d'inconscience. À cette seconde, et quand bien même le risque était évidemment maximal, il restait toujours fermement convaincu que cette soirée ne serait pas sa dernière et que, au contraire, elle serait des plus mémorables. Comment une soirée en compagnie de la belle suceuse de sang pourrait-elle ne pas l'être, après tout ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mar 16 Juil - 22:10

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
L’être humain était normalement doté d’un sens de la survie, il faisait tous pour rester en vie. Quand une situation de danger se présentait, il pouvait avoir le réflexe de fuir afin de s’en sortir vivant. A part les suicidaires et certainement les idiots finis. Il était donc normal de voir un humain avoir peur, frissonner et parfois détaler à toute allure. Gwenn avait l’occasion d’en voir souvent s’enfuir quand ils comprenaient qu’elle n’était pas la gentille bibliothécaire qu’elle prétendait. Il suffisait souvent qu’elle vide l’un d’entre eux de son sang pour que les autres prennent peur. C’était tellement facile de les faire détaler comme des lapins et tellement amusant aussi. Les Vampires aimaient chasser, poursuivre leurs proies. Gwenn avait peu souvent l’occasion de le faire parce que si elle se laissait vraiment aller, ce n’était pas que quelques humains qu’elle allait tuer. Elle risquait, sous le coup de la soif et de l’instinct animal, se rendre au village et tuer tous ce qui bougeait. Au fond d’elle, l’animal lui disait que ce n’était pas grave que justement elle allait pouvoir s’amuser. Mais sa raison la retenait de le faire, principalement pour qu’elle puisse continuer de vivre tranquillement. Et puis, elle n’était pas certaine que les sorciers acceptent un tel carnage, même si elle s’entendait à merveille avec l’une d’entre eux. Elle avait quand même une sacrée force mental pour arriver à se contrôler, heureusement qu’elle avait ces années d’expérience. Parce qu’à chaque fois qu’elle buvait le sang d’un humain, elle avait l’énorme envie de continuer comme si elle n’était jamais repue.

Bien sûr, ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouver en compagnie d’Enoch quand elle se nourrissait. Elle faisait bien souvent appel à ses services, afin de justement éviter d’avoir besoin de partir chasser. Ainsi, les risques étaient moins grand et comme elle devait prendre sur elle pour ne pas sauter sur son ami. Elle l’aimait bien et n’avait aucune envie de s’en prendre à lui, donc elle se forçait à bien se tenir. Pour le moment, elle n’avait jamais perdu le contrôle et ne l’avait jamais attaqué. La Vampire avait bien comprit que l’humain n’avait aucunement peur des créatures, du moins pas d’elle. Il semblait être en confiance. Gwenn n’aurait pas aussi confiance à sa place, mais il fallait dire qu’elle ne se faisait pas confiance. Elle avait toujours peur que le monstre en elle prenne complètement le contrôle de son corps. Pourtant, elle l’aimait au fond ce monstre. La femme ne fut pas du tout étonnée de voir Enoch s’approcher d’elle, voulant certainement prouver qu’il n’avait pas peur.

« Non en effet, mais c’est parce que je me contrôle. »

Répondit la Vampire dans un souffle aux paroles de cet humain bien trop téméraire. Les deux âmes étaient proches l’une de l’autre et Gwenn pouvait évidemment entendre le cœur d’Enoch battre dans sa poitrine et propulser son sang dans ses veines. Mais ce n’était pas la première fois qu’ils étaient aussi proches, ils l’avaient même été bien plus. Ce n’était donc pas difficile pour la bibliothécaire de se contrôler. Le sourire qu’elle avait sur le visage disparu subitement quand Enoch prononça les mots suivants. Elle ne mit pas longtemps à comprendre où il voulait en venir quand elle vit la dague dans sa main. Elle fronça légèrement des sourcils, serrant les dents.

« Ne fait pas ça ! »

Dit-elle entre ses dents serrées, dans une sorte de grognement, au moment même où Enoch tranchait sa peau. Elle porta rapidement sa main sur l’entaille et écarte le plus possible la main de l’humain d’elle. Elle ne prêta même pas attention aux mots qu’il prononça ensuite, alors qu’elle sentait cette faim grandir de nouveau en elle. La raison aurait normalement dut la pousser à fuir, s’éloigner le plus possible de son ami afin de ne pas risquait de le tuer. Mais elle n’arrivait pas à bouger, elle se contentait de rester figer se retenant le plus possible. Ses yeux était fixés sur ceux d’Enoch, mais toute son intention était porté sur ce sang qui coulait de sa main. Ses dents grinçaient tellement elles étaient serrées.

Et puis vint le moment où elle ne pouvait tout simplement plus tenir. Elle n’aimait pas cela, quand elle n’arrivait plus à tenir le monstre qui était en elle. La main qui lui servait à éloigner celle d’Enoch fini par rapprocher la coupure de sa bouche. Cependant, elle ne se contenta pas de sucer le sang puisqu’elle planta également ses canines dans la peau de l’homme, même si l’endroit n’était pas le plus adéquat pour cela. Toute la frustration qu’elle avait connu quelques secondes avant s’éloigna rapidement au moment où le sang de l’humain coula dans sa gorge. Elle venait d’en vider un, cela ne l’empêcha pas de se nourrir avec appétit. Ce goût était tellement délicieux. Au moment où la Vampire pensa aux goûts, la phrase d’Enoch qu’elle n’avait pas calculé lui vint en tête. Elle reprit donc ses esprits et fini par lâcher cette proie (non sans difficulté). Très rapidement Gwenn s’éloigna de quelques pas de l’homme.

« Mais tu es malades ! » Cria-t-elle alors qu’un filet de sang coulait du coin de sa bouche. « Je pourrais te tuer ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Lun 22 Juil - 22:19


Le dîner est servi
L

e sourire d'Enoch s'agrandissait tandis que celui de Gwenn se décomposait. Il la poussait au bout de ses limites. Il aimait jouer avec le feu, demeurer sur le fil, des mètres de vide en-dessous de lui. En l'occurrence, il était servi. La bête se réveillait. Le vampire prenait le dessus sur la femme. Et à vrai dire, si fou cela pouvait-il sembler, Enoch prenait plus de plaisir à se trouver en compagnie de la créature qu'en celle de l'humaine qu'elle donnait l'apparence d'être à beaucoup. Il aimait cette animalité qui se dégageait d'elle, cette imprévisibilité, ce caractère sauvage et indomptable. Il aimait ne pas savoir à quoi s'attendre quand il se trouvait en sa présence... Et il aimait cet instant court mais intense au cours duquel, luttant contre sa propre humanité, elle cherchait à enfreindre ses instincts les plus primaires, avant que d'y céder.

Enoch ne put s'empêcher de pousser un gémissement de douleur quand les crocs de la jeune femme (qui, aux vues des nombreux siècles qu'elle avait vécu, ne l'était plus tant que ça) se plantèrent dans la chaire de sa main. Il fallait aimer souffrir pour se trancher la main, se vider d'une partie de son sang, et laisser un vampire en rajouter... ou savoir faire la part des choses. Ce n'était pas tant souffrir, qu'Enoch appréciait à ce point, c'était le concept de souffrance à lui-même, qu'elle lui soit infligée ou qu'il l'inflige aux autres. Quand elle parvint à se soustraire à son sang (preuve qu'il ne devait pas avoir si mauvais goût que cela, finalement), elle l'insulta comme il le méritait pour les risques qu'il venait de prendre. Enoch, lui, se contenta de sourire de plus belle, comme si ce qui venait de se passer était parfaitement anodin. Il pressa tout de même sa paume contre le tissus de sa chemise. La quantité de sang qu'il avait perdu commençait à influer sur sa santé, il se sentait légèrement plus faible qu'à l'accoutumée. Pas au point de perdre connaissance, tout de même.
Ignorant ce que l'appel du sang pouvait provoquer en elle, ou faisant mine de l'ignorer du moins, il se rapprocha d'elle, bien qu'elle ait cherché à s'éloigner de lui.

-Oui c'est vrai.
remarqua-t-il, si proche d'elle désormais que son souffle caressait ses lèvres. Tu pourrais me tuer.  Il tira de sa ceinture la dague avec laquelle il s'était tranché la main et l'appuya sur la joue de Gwenn. Mais je le peux tout autant.

Le froid de la lame était toujours pressé contre la joue du vampire quand Enoch l'embrassa avec fougue. Oui, il pouvait la tuer s'il le voulait. Il avait statistiquement moins de chances de s'en sortir qu'elle, qui en un coup de dents, pouvait décider de son destin. Il n'empêche qu'auprès des veilleurs, il avait déjà tué plus d'une créature, plus d'un vampire également (bien qu'il se gardait bien de dire aux créatures qu'il appartenait également au clan de ceux qui les massacraient en masse). Mais, en l'occurrence, il n'avait pas la moindre intention de la tuer, bien au contraire.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Jeu 25 Juil - 11:10

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Gwenn n’aimait pas du tout qu’on joue ainsi avec la créature qui vivait en elle, qu’on la pousse à bout pour qu’elle ne puisse plus avoir le contrôle de son corps. Elle n’aimait pas perdre le contrôle, se retrouver esclave de ses envies et de ses instincts animaux. Elle faisait en sorte de toujours garder la main sur son corps et sur ses désirs primaires. Cependant, Enoch était en train de s’amuser avec les nerfs de la vampire. Il la poussait à bout afin qu’elle ne puisse plus se contrôler et qu’elle se laisse complètement aller. Ce qui ne tarda pas à arriver puisque la créature fini par planter ses crocs dans la main de son ami humain. Il ne fallait pas grand chose pour qu’elle le vide complètement de son liquide vitale, qu’elle le tue sans ménagement. Si elle n’avait pas eu ce flash, elle l’aurait surement fait d’ailleurs. C’était bien dangereux de jouer ainsi avec la buveuse de sang, puisqu’elle n’était pas aussi douce que pouvait l’être la bibliothécaire. Cette dernière avait des sentiments envers ses amis, les personnes qui comptaient pour elle, ce qui n’était pas du tout le cas de la créature. Elle, rien ne comptait pour elle que le sang humain et la mort qu’elle pouvait commettre. Elle ne cherchait qu’un bain de sang, capable d’assouvir ses fantasmes les plus cruels. Sans aucun souci, elle serait capable de tuer Enoch malgré le fait que Gwenn l’aimait bien.

Par chance, la vampire parvint à reprendre le contrôle sur ses instincts et à éviter de vider Enoch de son sang. Cependant, cela n’était pas simple du tout. Alors que Gwenn insultait cet humain idiot, ce dernier continuait d’afficher un sourire. Il n’y avait pas pire pour énerver encore plus la buveuse de sang. Il ne se rendait vraiment pas compte alors à quel point elle pouvait être dangereuse. Gwenn ne comptait pas le nombre de personne qu’elle avait tué depuis ces deux siècles d’existance de monstre. Elles étaient nombreuses en tout cas. La « jeune femme » se rendait bien compte que son ami n’était pas au meilleur de sa forme du coup, il était bien faible ce qui était normal en fait. La buveuse de sang avait pris une grande quantité du liquide vitale de l’homme, ce qui n’était pas une bonne chose pour sa santé. Mais il semblait tenir le choc quand même, preuve qu’il avait une force intérieure importante. La distance que la créature avait mit entre elle et l’humain ne servait plus à grand chose puisque ce dernier s’approcha sans aucune peur. La vampire bloqua sa respiration afin de ne pas sentir cette douce odeur de sang qui coulait de la main de son ami, espérant arriver à se retenir bien mieux que tout à l’heure. Elle était confiance, cela serait bien plus simple puisqu’elle y avait gouté. Le souffle d’Enoch caressa ses lèvres imbibés de sang.

« Tu es sur d’en être capable... ? »

Dit la « jeune femme » dans un murmure parfaitement audible par l’humain au vu de la proximité qu’ils avaient. Leurs lèvres finirent par se rejoindre dans un baiser fougueux. La lame de la dague de l’humain était toujours posé sur la joue de la vampire, sans qu’elle n’ait des craintes. Elle avait confiance en son ami, il ne lui ferait pas de mal. Et puis, il fallait qu’il en soit capable déjà. La vampire pouvait très bien le tuer en un simple coup de dent, ou lui tordre le cou et cela bien plus vite qu’ Enoch. Sans séparer ses lèvres de celle de l’homme, Gwenn posa une de ses mains au niveau du cou le serra légèrement. A la fin du baiser, la buveuse de sang plongea son regard dans celui d’Enoch.

« Cela dépendra de ta vitesse... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Dim 28 Juil - 20:42


Le dîner est servi
É

tait-il sûr d'en être capable ? À vrai dire oui. Non pas parce qu'il avait effectivement les capacités d'égaler voire de surpasser en vitesse un vampire assoiffé de sang (autant le dire tout net, en sa qualité de simple mortel, et quand bien même il excellait dans l'art d'anéantir ceux qui cherchaient à se mettre en travers de son chemin, humains comme créatures, il n'avait aucune chance, limité par les lois physique et biologiques les plus élémentaires qui les dirigeait elle et lui), mais parce qu'Enoch disposait d'une confiance en lui que beaucoup pourraient lui envier. Il pensait et voulait toujours avoir l'ascendant, même dans les situations les plus critiques, et cette haute estime qu'il avait de lui-même l'empêchait de croire en sa vulnérabilité ou en ces faiblesses qu'il possédait pourtant. Oui, très sincèrement, et quand bien même Gwenn aurait tôt fait de lui prouver le contraire si elle le voulait, il pensait avoir ses chances de la tuer avant qu'elle ne le tue, quand bien même il était à cet instant affaibli par sa blessure et la quantité de sang qu'il avait perdu tandis qu'elle-même, puisqu'il avait réveillé sa gourmandise, ne devait vouloir que plus de sang encore.

Oui, il pensait qu'il s'en serait sorti. Mais il reconnaissait malgré tout que les circonstances ne jouaient pas en sa faveur, et s'ils pouvaient ne pas en venir à s'entretuer, ce serait nettement préférable pour lui. C'était un peu bluffer, après tout, que d'adopter l'attitude qu'il adoptait. Mais au jeu de la vie, Enoch bluffait très souvent, quand il ne trichait pas insolemment. Et c'était ainsi, d'ailleurs, qu'il avait su vivre aussi longtemps sur l'île de Whisper qui aurait pu rapidement ne laisser de lui qu'un pauvre cadavre défraichi. Quoi qu'il en soit, il n'était question que de mots. En acte, la vampire et l'humain se laissaient comprendre l'un à l'autre que leurs intentions étaient plus charnelles que criminelles. Et quand bien même le risque demeurait, il ne semblait être là que pour pimenter ce qui allait suivre.

-C'est dommage.
fit-il, l'air de rien, ignorant la légère pression des mains de Gwenn sur son coup. Il est certaines choses pour lesquelles je préfère prendre mon temps... ajouta-t-il tout en faisant glisser la lame de sa dague le long de sa joue, puis de son cou... avant de la laisser déchirer le haut de la jeune femme, découvrant ces formes avantageuses qu'Enoch ne se lassait pas d'honorer.

Sa main blessée caressa la poitrine de Gwenn, y laissant ces marques ensanglantées qui risquaient fort de causer sa perte pour peu qu'elle ne se retienne plus. Animé d'un soupçon de prudence, la dague était tout de même revenue se caler tout contre la jugulaire de la vampire, prêt à la trancher si les choses venaient à tourner mal.

-Retiens-toi...
lui glissa-t-il à l'oreille tandis que sa main libre ne tarissait pas de ces caresses destinées à occasionner autant de plaisir que cette frustration qui pourrait très bien lui être fatale. Perspective des plus dangereuses qui plaisait énormément à Enoch, bien sûr.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mer 31 Juil - 21:43

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Il était rare de rencontrer un humain se croyant à la hauteur contre une créature. Déjà, ils étaient peu à connaitre leurs existences. Mais même ceux qui les connaissait, ne se pensait pas tous capable de tuer des l’un des leur. Il n’y avait surement que les veilleurs qui avaient cette prétention. Pourtant Enoch ne sourcillait pas du tout devant Gwenn et ne semblait pas avoir peur. Cependant, il n’était vraiment pas en position de force. Déjà sa condition d’humain faisait qu’il n’avait pas les capacités développées comme une créature et la quantité de sang qu’il avait perdu n’aidait en rien. Contrairement à la vampire qui était repu, elle venait de boire du sang en quantité et donc était parfaitement en forme. De plus sa soif avait été plus qu’éveillée, ce qui lui donnait encore plus de chance. Elle agissait plus que ne réfléchissait dans ces moments. Même avec toutes ces conditions contre Enoch, ce dernier ne reculait pas. Il n’avait pas peur et était bien sûr de lui. C’était ce coté là de sa personnalité que Gwenn adorait. Il ne se posait que rarement des questions sur sa capacité à arriver quelque chose ou non, il pensait le faire tout simplement. La bibliothécaire avait bien moins confiance en elle que l’homme. C’était une chose qui lui manquait encore malgré ces années d’existence. Il n’y avait certainement qu’au côté de son amie Phèdre qu’elle ne se posait plus de question, puisqu’elle se laissait amplement guider par la sorcière.

La vampire n’avait bien sûr aucune envie de tuer son ami, même si elle se savait capable de ne pas se retenir au vu de sa manière de jouer avec le feu. Mais cela ne l’empêchait pas pour autant de rentrer un peu dans son jeu, puisqu’il semblait vouloir entrer dans une danse noire. Pour cette raison elle porta donc sa main sur le cou de l’homme, n’hésitant pas à serrer légèrement. Cela ne lui ferait pas de mal bien sûr, mais ça pimentait un peu la situation. La vampire ne bougea pas d’un cil alors que l’homme bougeait sa dague, s’en servant pour déchirer son haut. Heureusement qu’elle ne tenait pas vraiment à ce morceau de tissus, qui était bien vieux et démodé. Elle avait bien fait de mettre quelque chose de vieux pour ce rendez-vous, où elle avait tendance à se tâcher. S’il y avait bien une chose qu’elle avait appris depuis qu’elle était devenue une buveuse de sang, c’était que ce liquide rouge tâchait énormément et qu’il était difficile de s’en débarrasser.

Gwenn ne lâcha pas Enoch des yeux alors que ce dernier entreprenait de  caresser sa poitrine avec sa main pleine de sang. Elle ne préférait pas baisser les yeux, au risque de craquer une nouvelle fois. C’était plus facile de se retenir maintenant qu’elle avait le « ventre » plein et qu’elle avait bu une grande quantité de ce liquide vitale. Elle avait dépassé la dose nécessaire à sa survie. Cependant, cela n’enlevait en rien l’envie qu’elle pouvait avoir d’en boire encore, de tuer et de faire couler le sang. Le monstre en elle avait encore envie de jouer, mais elle ne pouvait pas le faire avec cet humain. C’était un risque qu’elle ne pouvait prendre, elle pouvait très bien le tuer même s’il avait des ressources pour se protéger. L’humain demanda à la créature de se retenir, ce qu’elle allait faire même si cela ne serait pas simple.

La vampire ferma les yeux, appréciant comme détestant ce moment. Elle aimait le contact de ces mains sur son corps, même si cela lui provoquait une horrible frustration. Le monstre en elle lui criait de planter ses crocs dans la gorge de l’homme afin de le vider du peu de sang qu’il lui restait encore. Enoch prenait quand même ses précautions en collant la lame de sa dague contre le jugulaire de la vampire. Il n’était donc pas entièrement en confiance, ce qui était une bonne chose. La « jeune » femme avait toute les peines du monde de se retenir. Elle descendit la main qui se trouvait au niveau de la gorge de son ami vers sa poitrine, où elle attrapa le tissus de sa chemise qu’elle serra fortement avec ses doigts tout en serrant ses dents pour ne pas craquer. Au bout de quelques secondes, elle poussa rapidement l’homme afin que son dos se colle contre un arbre. Elle n’allait pas le mordre même si elle en avait envie, elle se contenta juste de coller ses lèvres violemment sur celles d’Enoch pour l’embrasser avec fougue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Ven 2 Aoû - 17:52


Le dîner est servi
V

iolence et séduction flirtaient dangereusement l'une avec l'autre, et l'une pouvait avoir raison de l'autre à tout moment. Excitant ? Oui. Mais affirmer qu'Enoch était parfaitement en confiance à cette seconde aurait été se fourvoyer. En vérité, il savait que, pour peu qu'il perde le contrôle... ou qu'elle le perde également, cette vie qu'il avait prit tant de soin à conserver pourrait bien le quitter. Et à la minute où Gwenn le plaqua contre cet arbre, son dos rencontrant son écorce résineuse, il songea qu'elle voulait peut-être en finir d'un coup de ses canines acérées. Au final, elle ne joua pas des crocs, mais de ces lèvres expertes qu'un baiser fougueux les invitait plus que jamais à une luxure dont ils étaient de toute évidence impatients, l'un comme l'autre, de se délecter pleinement. Oubliant sa frayeur de tantôt, ses yeux se fermèrent quelques secondes, sa dague reposant désormais au creux de sa main, totalement inutilement, car s'il venait l'idée à Gwenn, dans l'immédiat, de s'en prendre à lui, la vigilance d'Enoch complètement désamorcée par ce baiser langoureux lui donnerait clairement l'avantage.

Il voulait croire, cependant, que l'appel de la chaire s'était finalement fait plus pressant que celui de sang, et c'est fort de cette conviction qu'il reprit de plus belles ses caresses indécentes. Sa dague venait de tomber au sol, sa main ensanglanté calée contre son dos, vaine tentative de tenter un peu moins le diable. Mais sa main valide, elle, ne faiblissait pas à la tâche. De sa poitrine, elle glissa le long de son ventre, détacha sa ceinture, défit le bouton de son pantalon, se faufila sous son jean, et caressa son entrejambe avec de plus en plus d'insistance.

Durant tout ce temps, ses lèvres n'avaient pas lâché celles de Gwenn, prolongeant un baiser auquel il n'était pas pressé de mettre un terme, loin de là.

Gwenn savait ne pas en donner l'air, en parfaite bibliothécaire, en parfaite humaine qui ne se faisait pas trop remarquer en temps normal... Mais lorsqu'on la connaissait mieux, lorsqu'on savait apprécier la créature qu'elle était devenue en plus de l'exceptionnelle humaine qu'elle était, on avait affaire à un véritable trésor, à de l'or brut. Et il était plus que ravi, surtout en ce moment précis, de faire partie de cette catégorie de personnes qui avaient su voir en elle ce qui échappait à d'autres personnes. Quand bien même les risques ne manquaient pas d'être au rendez-vous, ou plutôt parce que les risques ne manquaient pas d'être au rendez-vous, il appréciait plus que beaucoup d'autres ces moments avec Gwenn, où elle voyait l'humain devenir la créature, la créature se faire prédatrice... lui courir le danger de devenir une proie potentielle... Enfin, quand bien même ils ne se rencontraient absolument pas pour la première fois au sens le plus charnel du terme, c'était la première fois qu'il se montrait aussi imprudent, gagnant clairement en confiance au fil de leurs rencontres. Gagnant beaucoup trop en confiance.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mar 6 Aoû - 17:40

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Il n’était pas rare que dans le monde de la nuit, la luxure vienne faire un petit tour. Il était de coutume de dire que les vampires avaient une grande capacité de séduction et donc qu’ils s’amusaient d’une manière charnel avec les humains. Les légendes disaient que les buveurs de sang s’amusait à séduire leurs proies afin de les attirer dans un piège. Il n’y avait nul besoin de stratégie de la sorte sur cet île, où les créatures faisaient la loi sous les sorciers. Gwenn n’avait pas besoin de séduire un humain pour l’emmener avec elle avant de la vider de son sang. Pourtant, cela ne l’empêchait pas de vouloir jouer ainsi de temps à autre. Les monstres de la nuit étaient clairement des incarnations des pêchés alors autant se plaire dans ces pêchés. De plus, il n’y avait rien de mieux que le sexe pour ne pas penser à l’envie de sang puisque dans tous les cas, même après avoir bu des litres et des litres de liquide rouge, un vampire pouvait toujours en boire. Tant qu’il y en avait, le sang pouvait prendre la direction de la gorge du démon.

La bibliothécaire n’hésitait donc pas à se laisser aller dans la luxure et de profiter du corps d’Enoch. Ainsi, elle ne pensait pas à tous ce sang qu’il restait encore dans son corps et qu’elle pourrait très bien avaler en un coup de croc. Non, pour le moment en tout cas, elle préférait pleinement profiter de ses lèvres chaudes. C’était un détail qu’elle avait remarqué quand elle avait eu l’occasion de coller ses lèvres sur celle d’un humain, il y avait une si douce chaleur. Cela venait surement du fait qu’ils étaient encore en vie contrairement à la vampire qui avait perdu la vie avant de revenir dans ce monde sous cette forme. Sans attendre très longtemps, la brune glissa ses mains sous le haut de son partenaire. Elle avait appris ces derniers siècles à manier ses mains et autre partie de son corps pour un plaisir charnel et faire plaisir à ses partenaires. Elle en avait eu pas mal alors qu’avant d’être transformé, elle n’avait jamais connu cela. En même temps, à son époque il aurait été mal vu de s’amuser de la sorte.

Alors que les lèvres des deux êtres étaient encore collées, quand Gwenn prit la décision de retirer complètement le haut d’Enoch. Même dans la forêt, le froid n’était pas un problème en ce moment précis. Du moins pas pour la vampire, mais elle se doutait bien que l’humain n’était pas gêné non plus. Il n’y avait qu’à sentir la chaleur du corps de l’homme pour le deviner. La bibliothécaire caressa le corps de son partenaire de ses mains, d’une manière méticuleuse et sensuelle. Un léger gémissement sortie de la gorge de la vampire alors que l’homme s’aventurait dans près de son jardin secret. Ils se connaissaient déjà sur se plan, mais c’était la première fois qu’ils étaient aussi passionnés. Gwenn détacha finalement ses lèvres de celle de l’humain, les plaçant ensuite dans son cou. Ce dernier n’avait aucune crainte à avoir puisque la vampire n’avait aucune intention de le mordre, cependant elle aimait jouer un peu. Elle embrassa plusieurs fois la peau d’Enoch, passant sa langue dessus. En même temps, ses mains vinrent détacher le bouton du jeans de son partenaire avant de se glisser doucement vers son attribut masculin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Sam 10 Aoû - 17:33


Le dîner est servi
É

taient-ce ces nombreuses années d'existence, qui leur avait permit de gagner en toutes sortes d'expériences, ou simplement ce risque constant qui décuplait ainsi le plaisir et l'excitation d'Enoch ? Sans doute. Le fait est dans tous les cas que des plaisirs charnels auxquels il avait pu goûter dans sa vie, ceux qui avaient pu lui être prodigués par des créatures lui avaient toujours semblé plus intenses. Pour cette raison, Gwenn faisait partie de ceux qu'il appréciait le plus de nourrir, car il n'était pas rare que leur "transaction" s'achève ainsi, et leurs ébats étaient parmi les plus délectables et sensuels auxquels Enoch ait pu goûter... Et ils semblaient n'être rien en comparaison de ce qui les attendait, car jamais, depuis qu'ils se fréquentaient, la tension sexuelle qu'il pouvait y avoir entre eux n'avait atteint un tel comble. Ce sentiment de risque et de danger qui l'envahissait exhalait ses sens, faisait frémir chaque fibre de son corps, et réveillait en lui le feu d'une passion qu'il ne demandait qu'à voir complètement consumer.

Alors que les lèvres de Gwenn se déposait sur son cou, se jouaient de cette chaire qu'elle aurait pu arracher d'un coup de dent, ce sentiment de danger atteignait son paroxysme, de même qu'une excitation impossible à taire. Le mouvement de ses doigts au creux des jambes de Gwenn ne s'en faisait que plus pressant, plus affirmé, plus rapide, comme une manière pour lui de canaliser aussi bien cet état de totale fébrilité dans lequel il se trouvait, que la faim qui devait animer son amante, dont il espérait savoir détourner un peu de l'appétit par ses simples caresses. Il ne semblait pas se débrouiller si mal que cela, à en juger par les caresses des plus sensuelles que lui prodiguait la vampire, qui, plus que jamais, démontrait qu'en la matière, il n'y avait rien, absolument rien qu'on ait à lui apprendre.

Lentement, mais sûrement, ces mains aux caresses voluptueuses se rapprochaient de son membre viril. N'abandonnant rien de ses propres caresses, il ne pu néanmoins s'empêcher de sentir son sentiment de frénésie augmentait. Le membre qu'elle frôlait de ses doigts fins saluait, et depuis un moment déjà, la beauté emprunte d'une perfection accordée qu'à ceux auxquels on avait ôté la vie de celle qui promettait de le soulager d'une impatience grandissante.

Ce furent au tour des lèvres d'Enoch de rencontrer le cou de la belle suçeuse de sang. Bien sûr, aucun enjeu, aucun danger ne résultaient d'un tel geste de sa part, mais là n'était plus la question, loin de là. Il appréciait tout simplement la saveur mi-sucrée, mi-amère de cette peau d'une pâleur qui n'aurait peut-être pas pu être conférée à un être humain. Même sa pâleur à lui, en comparaison de la sienne, semblait dérisoire. Cela ne venait que renforcer la beauté irréelle de sa partenaire. Renforcer son plaisir.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Dim 11 Aoû - 0:54

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Même si Gwenn avait l’habitude de parcourir de la sorte le corps d’Enoch quand ils se retrouvaient ainis, pour assouvir sa soif, mais ce soit il y avait quelque chose de différent. La vampire ne pouvait pas dire pourquoi, mais elle sentait une tension sexuelle bien plus forte ce soir. Les humains que la buveuse de sang appréciait étaient peu nombreux, bien souvent puisqu’elle ne voyait en elle qu’un simple festin. Enoch faisait parti de ceux qu’elle aimait voir, avec qui elle aimait jouer également. Ce jeu qu’elle connaissait si bien à présent et qui lui était tellement inconnu autrefois. Parfois, quand elle se retrouvait dans cette position avec un « vivant », Gwenn pourrait ressentir une pointe de jalousie. Elle aurait aimé vivre cela quand son coeur battait encore dans sa poitrine, au moins une fois pour comparé. Elle ne savait pas du tout si les effets étaient les mêmes après sa transformation et elle ne pourrait jamais le savoir. Pour cela, il aurait fallu que son corps connaisse ce pêché avant d’arriver sur cet île. Une chose bien impossible quand on connaissait l’époque où elle vivait, avec un père strict comme le sien. Oh, son coeur avait battu pour un homme mais cela n’alla pas plus loin. Il y eu quelques baisers tellement gentillet, ils n’avaient rien à voir avec l’acte physique sans sentiment.
 
Parce que c’était bien ce qui était en train de se passer en ce moment même. Il n’y avait aucun sentiment entre les deux personnes, mise à part une éventuelle amitier. Et encore, si jamais Gwenn se retrouvait à devoir choisir sa propre survit à celle d’Enoch, elle n’hésiterais pas une seule seconde. Ce qu’il y avait entre en ce n’était que du plaisir physique seulement, ce n’était que mieux. Ainsi, ils profitaient l’un de l’autre avant de se séparer sans avoir les ennuis lié aux sentiments. Gwenn ne savait même pas si une créature était réellement capable de sentiment, du moins de ce genre de sentiment positif (ou négatif en fonction du point de vue). La seule chose qui comptait vraiment pour les buveurs de sang c’était ce liquide vital aux humains et la violence.
 
La vampire appréciait ce moment de légèreté avec cet homme, qui savait parfaitement comment si prendre pour lui faire plaisir. Elle sentait en elle ce frisson qui montait de plus en plus, augmentant au passage sa soif. Gwenn ferma les yeux quand les lèvres si chaude de son partenaire vinrent se coller dans son cou. Cette partie de son corps était l’une des plus sensibles à ce genre de petite attention. Alors qu’elle profitait de ce contact qu’elle appréçait temps, sa main continua de s’occuper délicatement du membre d’Enoch. Ce dernier était bien réceptif, ce qui plaisait encore plus à la buveuse de sang. Elle continua à s’en occuper comme elle savait le faire, comme elle avait apprit à le faire. Le corps d’homme était tellement chaud, une chaleur que Gwenn n’avait plus l’habitude de ressentir. Alors elle la ressentait par procuration. Délicatement, elle se colla un peu plus à son partenaire, l’embrassant avec fougue. Mais ses lèvres ne restèrent pas coller à celle de l’homme, elles s’en détachèrent afin d’aller embrasser son torse. La vampire continua de descendre petit à petit, arrivant bientôt à cette partie intime masculine. Elle ne tarda donc pas à s’en occuper dignement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mer 14 Aoû - 0:59


Le dîner est servi
L

e corps tout entier tendu de plaisir, de son visage, actuellement marqué d'une intense satisfaction, les yeux fermés, les lèvres entrouvertes d'où s'échappaient des râles de contentement, jusqu'à la pointe de ses orteils, Enoch contenait comme il le pouvait son excitation, les ongles enfoncés dans l'écorce de l'arbre contre lequel il se trouvait toujours appuyé, et plus que jamais heureux de se trouver dans une telle position. Une large trace de sang en recouvrait à présent le tronc. Il en avait presque oublié sa blessure. Sa sève s'incrustait sous ses ongles, collait quelque peu l'extrémité de ses doigts, mais il s'en moquait éperdument. Son esprit, incapable de la moindre pensée autre, était tout au plaisir que lui procurait la belle vampire, au talent on ne peut plus certain.

Les lèvres qui encerclaient ce membre frémissant avaient dû en goûter bien d'autres, ça ne le dérangeait pas le moins du monde, puisque cela lui avait permis d'acquérir une maîtrise si totale du pêché de chaire. Après tout, ce n'était pas comme s'il pouvait être question de jalousie entre eux, ou de n'importe lequel de ces sentiments qui auraient plus perverti l'acte que la perversion induite par l'acte lui-même. Il ne savourait que mieux ce moment parce qu'il savait qu'il ne signifiait rien. Il était l'instant délicieux et jouissif, et se perdrait dans un dernier soupir d'extase, jusqu'à leur dernière rencontre. Il ne s'agissait de rien de plus. Et c'était parfait de la sorte.

Au terme d'un dernier gémissement à peine contenu, il laissa ses mains quitter l'arbre sur lequel il prenait appui jusque là, pour se poser sur les épaules de Gwenn, invitation pour elle à se redresser. Un filet de sang, de son sang, coulait désormais le long du bras de Gwenn, dans cet abandon total au plaisir, la prudence n'était plus du tout de mise... ni le bon sens, si tant est qu'il en ait possédé un jour. Pour détourner de la tentation des crocs tout de même capable de la plus vive et irrémédiable des blessures, il s'empara des lèvres de la suceuse de sang.

Puis, inversant les rôles il plaqua à son tour Gwenn contre l'arbre auquel il avait été adossé. Ses lèvres ne quittaient pas les siennes, ses mains, quant à elle, s'appliquaient à les séparer tous deux de ce qu'il leur restait de leurs vêtements, définitivement de trop en cette situation, avant de presser ses mains contre ses seins, se rapprochant au plus près d'elle, jusqu'à se trouver enfin, ainsi qu'il le désirait depuis plusieurs longues minutes déjà, en elle. S'ensuivit alors ce mouvement familier, ce va et vient coutumier mais ô combien agréable, qui s'harmonisait avec le moindre de leurs souffles, une mécanique des reins qu'ils maîtrisaient tous deux à merveille. Et durant tout ce temps, Enoch ne tarissait pas de ses caresses sur la poitrine de la belle vampire, alors que son regard ne quittait pas le sien, et ses lèvres à peine les siennes.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mar 20 Aoû - 12:30

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
L’acte purement sexuel donnait l’avantage de ne pas se prendre la tête. Il n’y avait pas d’autre sentiment en jeu que le plaisir simple et pur. Il n’y avait rien de pire que les prises de tête pour gâcher un moment pareil. Or entre les deux êtres, il n’y avait aucune prise de tête. Il savait qu’il ne fallait pas espérer plus l’un de l’autre, qu’ils se voyaient ponctuellement et s’amusaient juste un peu ensemble. Passer un peu de bon temps avec une autre personne avant de reprendre sa vie tranquillement. Gwenn se contentait de donner du plaisir à son partenaire et elle se donnait à fond pour cela. Alors que sa bouche était en train de s’occuper du membre de l’homme, elle s’assurait de lui donner le plus de plaisir possible. Ce dernier semblait apprécier ce qu’elle faisait au vu des gémissement qu’elle entendait. Si elle le pouvait, elle aurait sourit simplement parce qu’elle était contente d’avoir ce petit pouvoir sur cet homme. Enoch était un humain  fort qui ne se laissait pas faire et qui pouvait sans doute faire peur à de nombreuses créatures, mais il restait un homme. Il était donc comme les autres et quand on savait les prendre on savait avoir le dessus sur eux.

Mais cette petite période de domination prit fin quand Enock lui donna une invitation pour se relever. Aucuns mots ne s’échangèrent entre eux, ils n’en avait pas besoin. La vampire sentit le sang de l’homme couler sur son bras, sans qu’elle n’y prête plus attention que cela. Son esprit était tourné sur autre chose que ce liquide rouge, même si  son instinct en redemandait d’autre. Mais le sexe avait cette capacité de satisfaire cette faim, surtout dans ce genre de condition. Les lèvres des deux êtres se retrouvèrent de nouveau collées l’une contre l’autre, savourant le goût de l’autre. Gwenn se laissa entièrement faire et se retrouva le dos contre l’arbre. Les rôles durent donc inversé pour le plus grand plaisir de la buveuse de sang. Sans que leurs lèvres se séparent, le corps des deux êtres se retrouvèrent sans plus aucun tissus gâchant le plaisir. Les mains de la vampire parcouraient le corps de son partenaire, si chaud et humide. Il ne fallu pas beaucoup plus de temps pour que les deux corps se rejoignent pour ne faire plus qu’un. Leurs respirations se callèrent sur le mouvement de va et vien de leurs corps, de cette danse qu’ils connaissaient si bien. Les doigts de Gwenn se glissèrent dans les cheveux de l’homme sans que ses lèvres ne quittent les siennes.

Malgré que sa bouche était largement occupée, des gemissements sortaient de temps à autre en fonction de l’intensité des vas et viens. Son dos frottait l’écorse de l’arbre qui ne manquait pas de laisser des petites marques d’écorchures. La vampire n’était pas vraiment sujette à la douleur, mais dans tous les cas le plaisir était tellement fort qu’il passait avant. Le mouvement se fit plus profond, plus intense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Jeu 22 Aoû - 10:20


Le dîner est servi
L

eurs corps à l'unisson se répondaient à la perfection. Peut-être était-ce du fait de leur expérience à tous les deux (bien qu'en la matière, Gwenn ayant vécu de nombreux siècles de plus que lui, il passait forcément pour un novice par rapport à elle, bien qu'il n'ait jamais chômé dans ce domaine depuis qu'il a atteint sa majorité sexuelle, et même un peu avant), mais la compréhension qu'ils avaient chacun des besoins de l'autre, cette facilité qu'ils avaient à se satisfaire et à se conduire au plaisir, Enoch la retrouvait rarement ailleurs, s'il la retrouvait seulement. Gwenn était la partenaire sexuelle idéale. Elle avait compris, et sûrement bien avant Enoch que la parole était superflue dans un moment pareil, et que le l'alchimie des corps était un langage en soi. Le plus clair et parfait des langages. Là où les mots étaient trompeurs, pouvaient être mal interprétés, et motifs à confusion, le langage du corps, lui, ne mentait jamais, et si Enoch était adepte du double jeu, du mensonge et de la dissimulation, il n'en appréciait pas moins de lire clair en ceux auprès de qui il se trouvait... et il n'en appréciait pas moins l'acte sexuel tout court, soyons honnête, surtout en de telles circonstances, où chaque mouvement parfaitement coordonné servait de prémisse à la conclusion la plus douce, à la jouissance poussée à son paroxysme.

Le mouvement de leurs bassins se fit plus rapide, plus intense. Ses lèvres ne quittaient pas les siennes, sa langue se plaisant à jouer avec la sienne. Ses yeux ne quittaient pas ses yeux non plus. Il appréciait d'y lire les émotions qui devaient traverser son regard, tandis que Gwenn était en proie, il l'espérait du moins, au plaisir qu'il s'efforçait de lui procurer. Un dernier mouvement, salvateur, et il conclut cette conversation des corps en un ultime râle de plaisir. Se retirant d'elle, il laissa ses lèvres glisser le long de son cou, ses mains dans ce dos qui avait été légèrement écorché par l'écorce de l'arbre contre lequel elle était appuyée, ce qui ne semblait pas lui faire mal outre mesure.

Il aurait pu rompre le silence, dire que ce moment avait été plus que plaisant ou qu'elle avait été parfaite, comme beaucoup se sentaient obligés de le faire "après". Il n'en voyait pas l'intérêt. Le moment de rompre le silence, et donc le moment, viendrait. Mais pas tout de suite. Ils n'étaient pas pressés, de toute manière.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Sam 24 Aoû - 23:39

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Il n’y avait rien de mieux pour ressentir du plaisir que de ce vider la tête et se contenter d’écouter son corps. C’était ce que faisait Gwenn avec Enoch, malgré qu’ils se retrouve à l’extérieur. Même s’il y avait peu de chance que quelqu’un vienne les déranger, cela était quand même bien possible. Et c’était un avantage puisque cela rajouté un peu de piment. Sachant que la vampire n’en avait que faire d’être découvert par quelqu’un, puisqu’elle pouvait très bien lui faire ses affaires rapidement. En même pas une seconde, elle pouvait lui tordre le cou et retourner à ses affaires. Cependant le fait que personne ne vienne les déranger permettait de profiter pleinement de ce moment. C’était maintenant au tour de la vampire de se laisser faire et à Enoch de prendre un peu les rennes du jeu. C’était donc comme cela qu’elle se retrouva le dos contre l’écorce de l’arbre et que les choses sérieuses commencèrent.

Les deux corps se réunirent pour ne faire plus qu’un, dans le plus grand plaisir des protagonistes. Les deux êtres prenaient du plaisir ensemble, sans se préoccuper d’autre chose. Gwenn en avait connu des partenaires et elle classait l’homme dans son top. Evidemment, il ne pouvait être à la première place étant donné qu’elle était déjà occupé par la « jeune » sorcière. Phèdre était la seule capable de réellement donner tous le plaisir que la vampire pouvait ressentir, personne n’arrivait à sa cheville. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle n’allait pas avoir du plaisir avec les autres partenaires, même beaucoup de plaisir. Cependant, elle atteignait des sommets avec la « jeune fille ». Les choses s’accélèrent et les mouvements se firent plus rapide. Le souffle de Gwenn était bien plus fort, plus rapide et surtout entrecoupé par des gémissements. Les quelques minutes qui passèrent, furent intense et cela menant à l’extase final. Dans un dernier mouvement de leur corps, ils conclurent ce qu’ils avaient si bien commencé. Un long gémissement se libéra de Gwenn, comme pour signifiait qu’elle avait vraiment aimé les derniers instants.

Gwenn vint embrasser les lèvres d’Enoch avant d’aller déposer quelques baiser dans le cou de l’homme. Toute cette action qui la rapprochait tellement de celle de se nourrir. Elle pouvait très bien donner un coup de croc et ainsi achever la vie de son partenaire, mais bien sûr elle n’allait pas le faire. Aucun mot ne s’échangea entre les deux êtres, continuant de garder le silence. Cela était bien mieux, la vampire préférait cela. Il était inutile de dire quoi que ce soit sur leur performance, ils savaient tous les deux qu’ils avaient pris du plaisir. Après un dernier baiser déposé sur la joue d’Enoch, Gwenn se détacha de l’homme afin d’attraper ses vêtements et les enfiler lentement. Sans pour autant ajouter de mot à cet action. C’était l’avantage avec le fait qu’il n’y avait que du sexe entre les deux personnes, ils n’avaient pas besoin de la jouer mielleux ensuite. Ils allaient peut être passer encore quelques minutes ensemble avant de tout simplement se séparer afin de reprendre le cour de leur vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mer 28 Aoû - 0:21


Le dîner est servi
A

insi s'achevait la communion de leurs deux corps, de la meilleure manière possible, tous deux se détachant l'un de l'autre sans prononcer le moindre mot, sans plonger dans l'excès, dans l'abus de paroles creuses et vaines. Il pouvait arriver qu'Enoch parle pour ne rien dire, c'était même sa spécialité lorsqu'il cherchait à endormir les esprits les plus influençables, les moins aptes à lire clair dans son jeu, mais outre le fait que Gwenn n'était clairement pas de ces esprits influençables, Enoch mettait toujours un point d'honneur à faire de l'acte un moment silencieux (à moins bien sûr qu'il n'ait été décidé par lui pour satisfaire à un autre besoin que celui purement sexuel), il ne savait être savouré autrement. Les mots y imprimaient un quelque chose de grossier, d'idiot, de superflu, d'inutile... Pouvaient laisser penser à l'autre qu'il se passait quelque chose qui n'existerait jamais que dans son esprit. Sur ce point comme sur beaucoup d'autres, Enoch et Gwenn étaient sur la même longueur d'ondes. Leurs échanges n'en étaient jamais que plus agréables.

Chacun de leur côté, ils se rhabillèrent. Enoch ne manqua pas d'examiner une nouvelle fois (qui, il le savait bien et s'en délectait, ne serait pas la dernière) le corps impeccable, que la blancheur ne rendait que plus parfaite, de la belle vampire. Dommage que tous ces vêtements doivent gâcher une beauté telle. Mais il fallait bien retourner un temps à la réalité. Une réalité des plus singulière, néanmoins. Pour la première fois depuis de très longues minutes, Enoch se rappela le corps de cet homme que Gwenn s'était appliquée avec une sauvagerie sensuelle, et ô combien séduisante à vider de son sang. À bien y réfléchir, un homme aussi pathétique ne méritait certainement pas une si belle mort. Si, l'inévitable jour où cela arriverait, l'humain pouvait mourir entre les crocs de la sublime vampire, il considérerait qu'il serait parti de la plus belle des manières. Mais, ma foi, il préférait se l'épargner le plus longtemps possible, tant qu'il le pouvait. Le destin risquait fort de décider à sa place.

Une fois qu'il se fut lui même rhabillé de pied en cap, il daigna enfin les extirper du silence dans lequel ils s'étaient confortablement baignés. Non pas tant parce qu'il était pressé d'y mettre fin, que parce qu'il fallait bien que cela arrive un jour. Et puisque les corps avaient à présent obtenu satiété, il était moins sacrilège de revenir à la conversation comme si de rien n'était. Laissant son regard passer du corps inerte de l'homme exsangue, à celui de la jeune femme qui ne l'était plus tant.

-Est-ce que tu veux que je t'en débarrasse ?
lui demanda-t-il d'un ton anodin, comme s'il lui proposait tout simplement de lui préparer à dîner.

Il était habitué à se débarrasser des corps. Parfois, il lui était même possible de faire d'une pierre deux coups, l'homme encore frais était emmené aux vampires puis, vidé de son sang, ses restes étaient laissés aux sirènes. Mais certaines sirènes s'avéraient plus exigeantes. Dans tous les cas, il trouvait toujours le moyen de fare un peu de "nettoyage".


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Mar 3 Sep - 15:01

Le dîner est servi.
Enoch & Gwenn
Ces amusements auraient pu durer bien plus longtemps, plusieurs jours même certainement, mais il fallait savoir mettre fin aux bonnes choses. Les deux êtres s’étaient amusés ensemble pendant les quelques minutes qu’ils avaient passé l’un avec l’autre, maintenant ils allaient retrouver leurs vies respectives. Gwenn allait pouvoir retourner dans sa bibliothèque maintenant qu’elle avait son estomac remplit et son corps détendu. Elle n’avait plus aucune raison de rester dehors, de rester avec Enoch. Il n’y avait rien de plus que le délice du corps entre eux, alors ils ne s’attardaient pas plus que cela ensuite. La vampire retrouva donc ses vêtements afin de pouvoir les remettre sur son corps et ainsi cacher de nouveau sa nudité. Elle n’était pas gênée que son corps soit ainsi nu devant Enoch, étant donné ce qu’ils venaient de faire. Elle n’avait pas non plus froid et n’avait pas besoin de se couvrir afin de se protéger. Mais elle n’allait pas pour autant rester nue comme un vers et trop s’attarder dans cet endroit. Elle avait terminé ses affaires, il était temps pour elle de rentrer.

Il ne fallu pas longtemps pour que les deux êtres soient de nouveau vêtu et que rien ne semblait être arrivé. Mise à part éventuellement les trace de sang sur le sol et le corps qui jonchait là encore. Maintenant qu’elle l’avait vidé de son sang, et surtout qu’elle n’avait plus faim, Gwenn posait un regard vide d’intérêt pour l’homme mort. Il ne lui servait plus à rien maintenant qu’il était mort et commençait déjà à décomposer. A l’oeil nu cela ne se voyait pas, mais la vampire le voyait bien elle. Et s’il y avait bien une chose qu’elle ne supportait pas, c’était de voir un corps se décomposer de la sorte. Quand Enoch prit la parole, la vampire leva doucement son regard vers lui avant de lui répondre.

« Je veux bien oui, tu le fais si bien. »

Gwenn n’aimait pas s’occuper de détails de la sorte. Elle ne s’embêtait jamais vraiment pour les questions de corps qu’elle pouvait laisser derrière elle, jusqu’à présent elle n’eut aucun souci. Tant qu’elle ne laissait pas tout un secteur en sang et en feu, elle ne risquait pas d’en avoir de toute façon. Ainsi, si Enoch pouvait se charger de cette chose en train de pourrir, cela l’arrangeait forcément. Elle ne savait pas vraiment comment il allait s’y prendre, elle n’en avait que faire même. Chacun ses soucis, pour le moment Gwenn devait juste rentrer chez elle. D’ailleurs, il était sans doute temps de se mettre en route. Non pas que la compagnie d’Enoch la gêne, loin de là, cependant elle aurait bien d’autre occasion de se voir.

« Je crois qu’il est temps que nos chemins se sépare. » Commença la vampire. « J’espère que nous allons très vite nous revoir. »

La vampire s’approcha un peu de son ami, déposant ses lèvres sur les siennes en guise d’au revoir. Suite à cela, elle ne tarda pas plus sur les liens, s’éloignant afin de retrouver sa vie pseudo-humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: Le dîner est servi    Ven 6 Sep - 12:03


Le dîner est servi
U

n fin sourire vint trôner sur le visage d'Enoch alors que Gwenn lui faisait remarquer qu'il était expert dans l'art de faire disparaître les cadavres. C'était le genre de compliments que l'on entendait rarement... qui pouvait être attribuer à très peu de personnes, et que très peu de personnes au demeurant devaient vouloir entendre. Mais Enoch, lui, était ravi d'entendre ce genre de choses, c'était comme voir l'un de ses loisirs morbides valorisés (et Dieu sait qu'il en avait beaucoup trop, des loisirs morbides). L'homme avait effectivement l'art d'être fier de ce dont il ne devrait pourtant pas être fier, de ces choses qui avilissaient l'humanité, qui, au regard des plus instruits, la rabaissait. Il se moquait des conventions, c'était l'absence même de conventions d'ailleurs qui l'avait mené où il était, et lui avait permis de demeurer en vie si longtemps. Si cela devait passer par des actions aussi peu protocolaires que celle de dissimuler le corps d'un homme après qu'il ait été vidé de son sang par un vampire alors soit, ça ne lui posait aucun problème, ni éthique ni moral. Il fallait de toute façon être profondément idiot pour accorder le moindre intérêt à l'éthique ou à la morale sur une île telle que Whisper... Ou alors, il fallait ne vraiment pas tenir à la vie. Ce qui n'était pas son cas, en dépit de ce que certaines de ses actions à hauts risques pouvaient laisser, à juste titre, supposer.

La sulfureuse vampire déposa sur les lèvres d'Enoch le dernier de ces savoureux baisers qu'il saurait obtenir d'elle... mais pour aujourd'hui seulement. C'était peut-être présomption de la part de l'humain, mais jusqu'ici, leur passé commun ne l'avait jamais détrompé, ils se retrouveraient. Ils se retrouveraient de nombreuses fois encore, et prendraient cet intense plaisir à le faire, de la manière exacte dont cela avait été le cas aujourd'hui. Peut-être serait-ce mieux encore ? Au fil de leurs rencontres, ils parvenaient à s'apprivoiser. Et cela se ressentait aussi bien dans les dialogues qu'ils échangeaient que dans l'intensité de leurs ébats, qui n'avait en vérité jamais été telle que cette fois-ci. Mais ma foi, Enoch n'était pas contre les défis. Il était convaincu qu'ils pourraient faire mieux encore la prochaine fois. En attendant, leurs chemins se séparaient, chacun reprenait le cours de sa vie comme si de rien n'était. L'accord parfait.

Alors qu'elle disparaissait définitivement de son champ de vision, l'attention d'Enoch se reporta sur le cadavre laissé à sa merci. il allait sous peu faire le délice de quelques sirènes. Mais il fallait avoir le sens des priorités, il avait vraiment perdu beaucoup de sang. Il choisit donc de cacher le cadavre non loin de là, suffisamment discrètement pour que rien ne l'incrimine (cela étant, cela faisait longtemps que la notion même de police n'avait plus d'intérêt sur l'île). Il pourrait toujours donner la localisation du cadavre au plus offrant. L'urgence, pour lui, était plutôt de se soigner.




FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le dîner est servi    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le dîner est servi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whispers in the waves :: La Crique Muette-